Tout d'abord mes chaleureux remerciements

Danièle, visitant la Slovaquie

à ma meilleure moitié Danièle qui m'a aidé à penser et à rédiger cette pièce. Elle a ainsi contribué à bien de mes écrits.

 

Je dois aussi énormément à l'excellent auteur dramatique et metteur en scène Benoit Vitse qui m'a accompagné de ses contributions et conseils inspirants tout le long de l'écriture de mes Âneries. Je pense avec bonheur à son spectacle Mariée mise à nu par ses célibataires même, et plusieurs autres.

 

Mes principales sources littéraires sont citées dans la pièce. Il faut y ajouter les livres Les femmes de Platon à Derrida de Françoise Colin, Evelyne Pisier et Eleni Varikas et Les philosophes et l'amour de Aude Lancelin et Marie Lemonnier.

 

Merci à toutes les lectrices et tous les lecteurs de huit premières versions des Âneries qui m'ont aiguillonné par leur critiques et suggestions. Parmi elles, des remerciements particuliers à Annette Lust, défenseur passionnée du mime qui a fait traduire à son étudiante Cathy McCafferty les Âneries en américain sous le titre ALL THE STUPIDITIES ABOUT WOMEN . Malheureusement, Annette, très âgée, vient de décéder et Cathy n'a pas encore réussi à retrouver le manuscript de leur traduction. Je n'en ai que la première scène.

 

Merci à l'université de théâtre slovaque VŠMU - Vysoká škola múzických umení  qui a organisé les 10 et 12 décembre 2012 deux lectures – spectacles, très réussis, au Arteatro de Bratislava. Ma participation à cette entreprise m'a donné une forte impulsion créatrice. VŠMU résume cette expérience dans un livre édité au mois de mai 2013.

 

Grâce à VŠMU, la pièce existe non seulement en français, mais aussi en slovaque sous le titre VŠETKY TIE SOMARINY O ŽENÁCH, traduite en collaboration avec Martina Mašlárová. Elle peut être lue sur ce site, sa version "papier" est déposée à la bibliothèque de VŠMU ou peut m'être demandée.

 

Enfin, merci à la revue féministe slovaque Glosolália www.glosolalia.sk pour laquelle j'ai élaboré en 2014 une version courte de la pièce, lisible ci-contre en français tandis que la variante en slovaque a été publiée par la revue.

 

Par rapport à la comédie que je vous propose, ma biographie n'est pas très importante, mais puisque vous avez ouvert cet onglet pour trouver la réponse à la question "qui suis-je?"... :

 

le 26/5/1940 à Bratislava, Slovaquie, marié, deux enfants.

 

Etudes à l'Université de théâtre VŠMU , section histoire et théorie, Bratislava, Tchécoslovaquie (Bac+5, 1957-62).

 

 

Thèse de Doctorat sur les théories de l’art de l’acteur de Stanislavski à l' Académie Slovaque des Sciences, Bratislava (1963-68) puis Etudes de 3ème cycle sur la politique et la culture en l'URSS à l' Institut d'Etudes Slaves de la Sorbonne (1968-72).

 

Conseiller littéraire et coordinateur de tournées en France et à l'étranger de nombreuses compagnies de théâtre (1972-81, puis à nouveau à partir de 1986), projets et recherches pour le Centre Pompidou, Paris (1979-80), le Ministère de la Culture (1980-81), le Ministère des Affaires étrangères de la République slovaque (1999-03) etc, responsable de la programmation théâtrale à la Maison de la Culture de Rennes, (1982-84), projet d'échanges avec la Slovaquie dans le cadre de la candidature de Marseille au titre de la  Capitale culturelle européenne de 2013 (2007-08).

 

Directeur artistique de nombreux festivals de théâtre en général ou de mime en particulier, ainsi que de spectacles de rue en France, en Allemagne, au Pays-Bas, en Italie et ailleurs (1976-2006), notamment le cycle Mimes et clowns au Festival ''in'' d'Avignon de 1977, des Festivals Gaukler à Cologne, Dehors / Dedans à Tours, Idéklic à Moirans en Montagne, Mimos à Périgueux.

La Bibliothèque Nationale de France, BNF, a bien voulu accepter de conserver mes archives relatives aux mime, danse et spectacles de rue :

http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/spect/s.mime.html?first_Art=non

Ces dossiers sont accessibles au public.

 

Critique de théâtre en Tchécoslovaquie et en France (1960-82), rédacteur du journal Gestes consacré au théâtre corporel (1990-2002).

Avec mon frère Pavel, je suis à droite.

Benoît Vitse

 

 

 

Auteur dramatique et autres activités littéraires. Il se consacre à la mise en scène et est également acteur. Il vit et travaille à Thury-sous-Clermont (près de Beauvais)

 

Pendant six ans il a été directeur des centres culturels français en Roumanie et Ukraine, puis directeur d'un théâtre à Iasi (Roumanie).

 

Il y a ouvert des discussions sur le sens social de l'art, la liberté de pensée et la politique et mis en scène Les Evangélistes d' Alina Mungiu-Pippidi. La pièce a suscité contre lui de violentes attaques de croyants, au point qu'il a dû être protégé par la police.

 

Après son retour en France, il livre ses réflexions sur www.moldave.blogspot.fr. En 2008, elles ont été publiées sous le titre Les lettres du Moldave.

 

 

Quelques-unes de ses oeuvres dramatiques :

 

La Mariée mise à nu par ses célibataires, même (comédie poétique et érotique, nommée d'après un tableau de Marcel Duchamp),

L'argent du contribuable,

Passeport,

Cette nuit  j'ai vieilli de dix ans,

Benjamin Fondane écrit à Louis-Ferdinand Céline (montage de textes de l'auteur roumain juif sur la montée  du  nazisme),

Elle chez elle,

Etat du couple,

Dadaland.